© 2014 by Charly Sauret

  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White SoundCloud Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

LYRICS

To watch it in video, click here.

LA CONVICTION

 

bouche toi les oreilles pour ne pas

entendre, et bois,

bois pour t'engourdir,

tu n'es pas un produit à vendre

 

Regarde pas le spectacle, 

c'est à s'en crever les rétines

on est parti en débâcle

pour s'enfermer dans des sentines

 

Tu l'as déjà vu 100 fois

de toute façon et tu sens

l'envie qui vient en tapinois

Te planter des crayons dans les tympans

 

Tu sais qu'on vaut bien mieux

peut-être qu'il faut qu'on se délivre

mais le dégoût te monte aux yeux

En te cassant tu te sens vivre

 

[...]

 

Tu es comme un trappeur

Sur le chemin de la douleur

Mais tu as peur

d'être la raison de ton malheur

 

Dis moi pourquoi tu bois

Dis moi sur quoi t'abois

Dis moi en quoi tu crois, 

Je te dirais sous quoi tu ploies

 

[...]

 

Je crois que tout a à voir avec tout,

Y a un rapport entre chaque chose

Y a jamais qu'une cause à une conséquence

ni une seule conséquence pour chaque cause

 

Je crois qu'à chaque chose sa logique,

ou qu'on trouve une logique pour chacune

car je crois qu'on pense ce qu'on voit 

et notre vision a ses lacunes

 

On ne comprend que ce qu'on explique

et on s'explique ce que l'on nomme

Ce que l'on nomme n'a de sens

que par celui qu'on lui donne

 

Et encore une fois je crois (que)

s'il y a l'ensemble de ce qu'on voit

il y a celui que l'on ne voit pas

Peut-être de là viennent nos effrois

 

Car il est tout autour de nous

Mais aussi à l'intérieur

car en nous il y a un flou

et Je crois que l'on a peur

 

de ce qu'il y a dans cet ensemble

et ce qui pourrait en sortir

que peut être il nous ressemble

mais le voir nous ferait fuir

 

je crois que le doute mène à la peur,

puis de la peur à la colère

que la colère mène à la haine

on se pose nous-même des œillères

 

Je crois que le doute nous fait flipper

et que par réaction on s'énerve

Je crois que c'est pour s'abriter

mais c'est cette peur que l'on conserve

 

Mais je crois que la colère

est solution de facilité

c'est comme forcer un bout rond

à rentrer dans un trou carré

 

Je crois qu'on a toujours

voulu se sentir protégé

on dresse des barricades entre nous

et ce qui nous est étranger

 

je crois qu'on est plus acharné

à creuser nos différences

que c'est comme ça qu'on se reconnait,

autour de nos intolérances

 

Je crois qu'on a besoin d'être soudé

qu'on créé nos points de référence

autour desquels se rattacher

on a créé nos croyances

 

Je crois qu'elles portaient une pensée

Prodiguaient un enseignement

Qui se rejoignent dans l'idée

Même si c'est chacun son courant

 

Un même enseignement

Pour un discourt différent

soignant une même vérité

encore faut-il la méditer

 

Je crois qu'on l'a vite oublié

C'est comme le remake d'un remake

C'est une licence sur-exploitée 

Et même pour ça on se prend le bec

 

 

parce que je crois que

ce qui devait être cathartique

est devenu paranoïaque

Dans un plus grand jeu politique

 

Mais Je crois en l'Homme

Je crois en son potentiel

Même si je crois qu'il a perdu

le sens de sa condition humaine

 

Je crois qu'on est des animaux

L'humain est animal

avec ses fonctionnements tribaux

même si le dire parait trivial

 

Et je crois qu'on est qu'un maillon

sur la grande chaine de l'évolution

Que cette évolution n'est pas finie

On crée nos conditions de survie

 

Je crois que notre mode de vie

évolue tout comme nos gènes, 

Que l'un et l'autre mûri

Mais surement à une autre échelle

 

je crois que tout évolue tout le temps

Et que rien n'est permanent

tout change à chaque moment,

A chaque minute, à chaque instant

 

Je crois que les choses s'équilibrent

d'ailleurs bien mieux quand c'est d'elles-mêmes

C'est en laissant ces choses libres

Que l'on récolte ce que l'on sème

 

Chaque chose trouve sa place

Dans un désordre précis

et c'est parfois lorsqu'on les classe

Que leur ordre vacille.

 

Je crois que chacun cherche sa place

dans ce hasard figuratif

pour pouvoir soigner ses angoisses.

Je crois que tout est relatif

 

Je crois que tout a à voir avec tout,

Y a un rapport entre chaque chose

Y a jamais qu'une cause à une conséquence

ni une seule conséquence pour chaque cause

 

Je crois qu'à chaque chose sa logique,

ou qu'on trouve une logique pour chacune

car je crois qu'on pense ce qu'on voit 

et notre vision a ses lacunes

 

On ne comprend que ce qu'on explique

et on s'explique ce que l'on nomme

Ce que l'on nomme n'a de sens

que par celui qu'on lui donne

 

Et encore une fois je crois (que)

s'il y a l'ensemble de ce qu'on voit

il y a celui que l'on ne voit pas

Peut-être de là viennent nos effrois